À propos de Rovere

parcours et démarche

Des procédés hybrides

Rovere a pratiqué art vidéo, cinéma expérimental, installations, arts graphiques, photographie documentaire et plasticienne, et dès les années 70, il fera des débuts de l’art numérique l’un des lieux de sa création. Quelque soit le médium, il s’est toujours laissé la liberté de faire appel à des méthodes conventionnelles aussi bien que hors-normes (films réalisés sans caméra, usages non conformes de procédés, abord technique non canonique). Il n’hésite pas, non plus, à faire appel à des recettes artistiques métissés.

Transcender le visible

Dans ses créations actuelles, il utilise des méthodes hybrides qui incluent l’outil photographique ; cependant, dans ce travail, il n’a pas une approche de photographe mais une vision de plasticien. Ainsi donc, il ne cherche pas à reproduire le visible mais à révéler ce qui le transcende. Son regard le porte souvent vers les zones limites entre le tangible et l’improbable, l’impermanent et l’immuable.
Aujourd’hui sa démarche se veut moins radicalement conceptuelle que celle qu’il a pu avoir naguère, mais, pour autant, il ne s’interdit pas certaines formes d’expérimentation dans une pratique artistique décloisonnée. Volontairement à contre-courant de certaines tendances qui font de la recherche d’une thématique inédite une fin en soi, il préfère revenir aux grands thèmes intemporels visités à travers les siècles : froideur des guerres, souffle de la nature, lumière des corps…

100 villes

Rovere a reçu le Grand Prix du Film Abstrait (1974), cinq de ses créations font partie des collections du Musée National d’Art Moderne – Centre Georges Pompidou (Paris), et son travail a été montré dans de prestigieuses institutions telles que :
    Institute of Contemporary Arts [Festival of Expanded Cinema] (Londres, 1976),
    XIe Biennale de Paris (1980),    15a & 17a Bienal de São Paulo (1979 et 1983)
    XLIIe Biennale de Venise – pavillon du Canada [Arte e Scienza] (1986)
    Zentrum für Kunst und medientechnologie [Lichtkunst aus Kunstlicht] (Karlsruhe, 2005)
    Kunsthaus [The Expanded Eye] (Zurich, 2006)
    Museu Nacional de Arte Contemporânea do Chiado [Revolução Cinética] (Lisbonne, 2008)
    Schirn Kunsthalle [Zelluloid, Film ohne kamera] (Francfort, 2010)
    Museu d’Art Contemporani de Barcelona [The Listening Eye] (Barcelone, 2014)

et dans 100 villes d’Europe, Asie et Amériques (voir rubrique expO) :    Zürich · Venise · Varsovie · Vancouver · Toronto · Tokyo · Tampere · Stuttgart · Strasbourg · Séville · Séoul · Saragosse · São Paulo · Rotterdam · Riga · Québec · Paris · Palma de Majorque · Ottawa · New York · Nantes · Montréal · Milan · Marseille · Madrid · Lyon · Londres · Lisbonne · Karlsruhe · Gênes · Francfort · Copenhague · Chicago · Budapest · Bratislava · Bilbao · Berne · Berlin · Barcelone · Anvers · Amsterdam


réalisations

Installations

Installations1980 : 1×6 « Tiers Espaces » ¹
1979 : 3×7 « Balayages » ²
1979 : 1/3 « Autosynthèse » ²
1979 : Espace Iris Trois ²
1979 : Black and Light – Faisceaux ²
1976 : Espace Black and Light ³
¹ créé à la Biennale de Paris
² créé au Musée National d’Art Moderne – Centre Georges Pompidou, Paris
³ créé à l’Institute of Contemporary Arts, Londres

Photographie plasticienne

Photographie plasticienne2019 : Série « What for? : fenêtres sur nuit » (technique hybride & composite)
2017-2018 : Série « What for? : silences de guerre » (technique argentique & hybride)
2014-2019 : Série « Traces et Empreintes » (technique hybride & composite)
2012-2018 : Séries des « Lumières intangibles » (technique hybride)
2017 : Série « Venezia, la Serenissima capovolta » (technique hybride & composite)
2017 : Série « Venezia, Corrosione serenissima » (technique hybride)
2012-2017 : Série « Originel » (technique hybride & composite)
2012-2014 : Série « Infime immensité » (technique composite)
2009-2014 : Série « D’ici ou d’ailleurs » (technique hybride & composite)

Photographie documentaire

Photographie documentaire2015 : Série « en Blanc & Blanc » (technique numérique)
2014-2015 : Série « Emeraude » (technique numérique)
1979 : Time Zone (technique argentique)
1979 : Éclairages publics de Paris ¹ (technique argentique)
¹ réalisé avec le support de Paris Audiovisuel (Ville de Paris)

Graphie numérique

Graphie numérique1982 : (…) ¹ (technique infographique hybride)
1982 : ( : : ) ² (technique infographique)
¹ ensemble de 9 photoinfogrammes
² quatre séries de 4 photoinfogrammes

Art vidéographique de synthèse

Videographie1984 : Spirale (technique numérique Telidon)
1984 : Arcsea (technique infographique Telidon)
1984 : Into (technique infographique Telidon)
1983 : To (technique infographique Telidon)
1980 : Le Vautour (technique hybride)
1975/76 (2009) : Variations pour un regard (technique informatique hybride)

Art vidéographique analogique

Videographie1981 : Time Zone (technique hybride)
1979 : Fusion
1976 : Surfaces

Cinégraphie expérimentale

Cinégraphie expérimentale1978 : Forward
1978 : Zèbres (argentique, réalisé sans caméra)
1976 : Iris (technique de laboratoire hors normes)
1975 : Espaces phase 2
1975 : Red Light (réalisé sans caméra, technique hybride)
1974 : Black and Light (réalisé sans caméra, technique informatique non canonique)
1972/78 : Cinq silences inachevés
1972/74 : Présence (co-réalisation)

Tableaux cinégraphiques

Cinégraphiele « tableau cinégraphique » présente une évolution temporelle interprétée en deux dimensions
1978 : Zèbres
1978 : Iris
1978 : Black and Light