Black and Light

Réalisé en 1974 par détournement de matériel informatique, à l’aube de l’ère de l’image numérique.
7’48’’ sonore
Grand prix du film abstrait, Montpellier 1974.
Diplôme d’excellence du 5e Festival international du cinéma en 16mm, Montréal 1975.

Le son et l’image sont réalisés sans l’intervention d’aucun appareillage cinématographique, par détournement de matériel informatique datant du début des années 60. Dans sa version initiale, ce film est probablement le seul de l’histoire du cinéma à être en noir et blanc de façon absolue. Le noir absolu est réalisé par l’utilisation d’une bande 100% opaque (bande magnétique 16mm dans un usage contre-indiqué, ou film très haut contraste exposé). Le blanc absolu est obtenu par perforation de la bande (on obtient donc 100% de la luminosité disponible).
En effet, à l’origine, aucune copie n’était faite en laboratoire. Chaque tirage était une génération unique légèrement différente de la précédente du fait d’un minime glissement aléatoire qui s’opérait lors de la production informatique par perforation du film 16mm. Six (?) tirages originaux avaient ainsi été exécutés à l’origine ; il n’en subsisterait que trois ou quatre.

Le film a été présenté sous 3 formes :
– en projection en salle, sur écran
– en projection verticale dans une caisse à brouillard donnant à voir le mouvement des faisceaux ¹
– sous forme de « tableau cinégraphique » aussi dénommé « structure ».
_____
¹ dispositif créé dans le cadre d’une “installation” au Musée National d’Art Moderne – Centre G. Pompidou, du 10 au 21 janvier 1979.


black-and-lightTABLEAU CINÉGRAPHIQUE
tableau présentant l’évolution temporelle cinégraphique, interprétée en deux dimensions.

[intégral]: surface filmique de 174 cm x 73 cm env.
[extrait] (en projet): original perforé sur cadre lumineux. Chaque pièce sera unique, et comportera un extrait d’une génération originale de 1974/75.

Réalisés sur commande uniquement, les tableaux cinégraphiques de Black and Light sont créés à partir des originaux perforés produits en 1974/75 et sont particulièrement rares car la technique de production n’existe plus et seules quelques bobines originales subsistent. Les tableaux extraits ne seront exécutées qu’à un unique exemplaire (le même extrait ne sera pas reproduit dans un autre tableau-extrait).