Iris

Réalisé en 1976 par traitement selon un processus de laboratoire non conforme.
9’23’’ sonore

La séquence de base d’Iris est un cycle construit d’évènements colorés, suivi de sa copie en inversion chromatique réalisée en laboratoire.
Cette séquence de base est de nouveau inversée-copiée, et ainsi de suite, copie inversée de la copie inversée, de génération en génération. Chaque séquence d’inversion-copie est, selon les standards établis, une dégradation. Mais à y regarder de plus près, cet engendrement successif enrichit l’image. Les impressions qui en résultent sont assez captivantes.
« Cette œuvre se situe entre la répétition à l’identique et le double processus de dégradation-complexification de la matière photographique.» ¹

Le son, réalisé sur un synthétiseur de fréquences (oscillateurs et filtres), ponctue les passages des séquences d’inversions-copies.
_____
¹P.H. L’art du mouvement – Collection cinématographique du Musée national d’art moderne, catalogue sous la direction de Jean-Michel Bouhours, Éditions du Centre Pompidou, Paris 1996, p391

iris


irisTABLEAU CINÉGRAPHIQUE
tableau présentant l’évolution temporelle cinégraphique, interprétée en deux dimensions.

[intégral]: surface filmique de 161 cm x 93 cm env.
[extrait] (en projet): bandes de film sur cadre lumineux. Chaque pièce sera unique, et comportera un extrait des dégradations-complexifications.

Réalisés sur commande uniquement, les tableaux extraits ne seront exécutées qu’à un unique exemplaire (le même extrait ne sera pas reproduit dans un autre tableau-extrait).